AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ISAIAH + no time for thanks and giving

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 16:43


Isaiah Flemming

« UNE JOLIE CITATION »

surnom Un surnom ? Moi un surnom? Je ne les au jamais aimé de toute façon. Plus jeune il arrivait au gens de m'appeler Isa, ouais un surnom que je déteste encore aujourd'hui. Malgré tout, le plus facile, c'est Isia. date et lieu de naissance Je suis née un 6 mars dans la banlieue londonienne. âge Théoriquement, aujourd'hui, je serais âgé de quarante-sept ans, mais étant donné ma mort il y a sept ans, je suis éternellement âgé de quarante ans. origines Je suis Anglais, mais ma mère as toujours été norvégienne. statut matrimonial À date de ma mort, j'étais marié et père, mais aujourd'hui je n'ai plus rien. orientation sexuelle hétérosexuel. situation financière Connaissant le fait que je suis mort et que l'emploi que j'avais n'existe plus, je n'ai pas un sous. métier ou études Je travaillais dans une usine comme chef de secteur. traits de caractère Je n'avais jamais vraiment été quelqu'un agréable à vivre, toujours assez mystérieux et distant. Je n'ai jamais été professionnel face au contact physique, mais faut dire qu'une fois qu'on sait me connaître, je suis un homme différent. J'ai un coeur, mais je ne le montre pas à tout le monde. groupe Noctua Pronuba. avatar Norman Reedus.

le petit questionnaire

DEPUIS QUAND ES-TU A GLOPPEN ET POURQUOI ?
Je suis à Gloppen depuis des années et je n'ai jamais su encore à me faire une idée de cette ville, mais depuis ma rencontre avec Stella, je ne me voyais pas quitter cette ville sans elle et pour elle, Gloppen était tout, donc ce serait tout pour moi. Mais j'y ai connu la mort. Je foule les rues de cette ville depuis quelques jours maintenant et je crois que j'ai finis par m'y faire. J'aime cette ville

QUE PENSES-TU DE CETTE HISTOIRE DE REVENANTS ?
Cette histoire de revenants? Réalisé que j'étais mort me rend malade. Je sais bien que je ne suis plus de ce monde. Je n'ai aucune idée comment prendre cette nouvelle vie. Je sais, je pourrais reprendre cette dernière discussion que j'ai eu avec Stella. M'excuser de cette attitude aussi agressive, mais il a fallut que l'usine tombe sous les flammes. Je ne comprend rien de rien, comment Est-ce que sept ans a pu passé si vite?

AVEZ-VOUS DÉJA PERDU UN ÊTRE CHER ?
Je n'ai perdu personne. Du moins, pas par la mort. Jeune, mon père nous a abandonné et je ne pourrai jamais lui pardonner. Sinon en se qui s'agit de perte d'être cher, je n'ai perdu personne non. Pas à ma connaissance du moins.


Mon petit nom c'est IM'DREAMED ou imaginarium.
prénom Andie. âge vingt-deux ans. pays Canada. d'où connais-tu le forum ? Aucun souvenir!. comment le trouves-tu ? J'aime l'idée et les couleurs. personnage inventé ou scénario ? scénario. autre J'ai fait le choix de mon retour   .

Code:
<t>norman reedus</t> ☆ <y>Isaiah Flemming</y>
©️ plumyts 2016


Dernière édition par Isaiah Flemming le Sam 27 Fév - 21:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 16:44


Jolie petite histoire

« TRUST ME IF I CARE, YOU'LL KNOW »
« Isaiah, Tu peux aller chercher ton frère à l'école s'il te plait, j'ai quelques petits trucs à regler et il commence à être long à arriver. » Avec un sourire, je salue ma mère et sort de la maison. Dès que je passe la porte, je vois mon père qui arrive et une fois hors de la voiture je courus dans ses bras. Il me fit un léger sourire, mais il ne resta pas très longtemps. Je ne m'en préoccupe pas que je monte sur mon vélo direction l'école de mon frère. Il avait huit ans, j'en avais quinze. Mes jambes d'ados force à n'en plus finir. Je repense à l'heure. Ma mère avait raison, jamais au grand jamais Auguste avait été aussi long pour rentrer à la maison. J'accélère et une fois à l'établissement, je saute hors de mon véhicule à deux roues et cours dans la cours d'école. Puis au loin je le vois, contre la clôture, assis au sol. Je pousse un soupire et cours vers lui. « Auggi... » Je pousse un soupire et mit à genoux devant lui. Il n'a pas l'air bien. Je passe ma main dans mes cheveux et le prend dans mes bras. La veille, nos parents s'étaient encore disputé. J'avais tout fait pour garder mon frère hors de cette histoire de dispute que je vis depuis tout jeune, mais elles devenaient de plus en plus haute en volume et en couleur. Je m'assois à ses côtés et fixe au loin tout comme lui. Le silence s'avait nous faire plaisir quand on en avait réellement de besoin. Je passe mon bras autour de ses épaules et le sert contre moi. « Faut rentrer. » Il se leva en silence et me regarda droit dans les yeux. Je lui fis un sourire. « Peu importe ce qui arrivera dans le futur, je serai toujours là, toujours quand tu en auras réellement besoin. » Il me rendit mon sourire et il rejoignit son vélo. Nous avions prit la route vers la maison. Une fois sur place, l'ambiance était différente, lourde. Je pris mon frère par les épaules pour freiner son élan. J'avais cette mauvaise impression. Je pris donc les devant et dès que la porte fut ouverte, le ton avait déjà monté. Je m'empressai de monter avec Auguste, histoire de le garder loin de tout ça. Puis le silence. Mon frère sortit de la chambre sans que je ne m'en rend compte. Une fois le regard posé sur la porte, la voyant ouverte, je savais qu'il était sortit. Je fis la même chose et la vison sur laquel mon regard tomba, fut une vision d'horreur. Mon père, valise en main quittait la chambre. Il dévalle les escaliers sans se retourner. « PAPA! » Je passe près de mon frère qui lui avait le regard rivé sur ma mère. Je suivis mon père jusqu'à l'extérieur et le vis monter dans sa voiture sans même jeter un coup dans ma direction. Dès ce moment, je m'étais détacher de tout le monde. Tous, sauf un. LA personne la plus importante à mes yeux et encore aujourd'hui, c'était le cas.

« BELIVE IN ME? YOU SHOUDN'T DO THAT »
« Je vous invite à la tenir. » Je me recule le voyant me tendre l'enfant. Je lève les mains pour lui faire signe que c'était une mauvaise idée. Je passe ma main nerveusement dans mes cheveux le voyant insister. Je tourne les yeux vers le lit, je croise le regard amusé et plein de vie de Stella. Je passe ma main dans mes cheveux au visage platonique et tend les bras. Il me tend à nouveau le bambin. Il le pose dans mes bras et je me sens trembler. Cette chose fragile s'agitait à peine. Elle se tourne et leva les yeux vers moi. Ces prunelles se jettent dans les miennes et elle s'anime en tendant les bras vers moi. Derrière, j'entend le rire de ma femme et des médecins. Je ne peux donc pas m'empêcher de sourire. Je lève les yeux vers elle et mon regard se posa sur le petit garçon qu'elle tenait dans ses bras. Je m'attendais à un enfant, pas à deux. Un fille et un garçon. Jonas et Freya. Des jumeaux. À travers les années, Freya s'accrochait à moi comme une sangsue. Jonas lui, tout au contraire jouais à l'indépendant. Je crois que je n'aurais jamais sus élevé un enfant correctement. Il faut dire je n'ai jamais été l'enfant parfait. J'étais un peu comme Freya au début, toujours accroché à mon père, il a toujours été mon modèle, jusqu'à son départ. Il m'avait promis qu'il ne m'abandonnerait jamais et pourtant, il l'a fait. J'en ai voulu longtemps à ma mère, pas que je croyais que c'était de sa faute, tout au contraire, mais elle aurait dut le retenir comme elle avait su le faire par le passer. Je ne lui en ai jamais voulu autant qu'à mon père. Ce fut lui le véritable responsable. Mon détachement de mes parents à l'âge de dix-quinze ans a fait en sorte qu'aujourd'hui je craignais le pire pour mes enfants. À chaque fois que les jours, les semaines, les mois et les années avançaient, plus mes craintes grandissaient. J'étais incapable de me voir véritablement père. Je me suis en quelque sorte enfoui dans mon travail, mais ma fille a toujours su me ramené à la réalité familiale.

« THINGS WE LOST IN THE FIRE »
« Va chier Isaiah! Va chier! J'en peux plus de ton attitude! Tu fais n'importe quoi! Tu ne t'occupe même plus de ton fils! » J'étais déjà sur le bas de la porte. J'étais en colère, en colère contre elle. Je n'arrivais plus à la supporter. Du moins, ça ne faisait pas si longtemps pour être honnête. Tout avait commencé quelques semaines plus tôt. On n'arrêtait jamais de se disputé depuis les troubles de circuit électrique de l'usine et des multiples incidents. Elle me disait que je me devais de tout arrêter, mais entêté comme je l'ai toujours été, je ne l'ai pas écouté. Ce jour là, je me suis retourné vers elle. « Ferme-là Stella, j'en ai assez de TON attitude. Tu n'arriveras à rien et tu le sais très bien. » Elle s'est lancé sur moi et m'a pousser de toutes ces forces. Elle m'a lancé ce regard noir et ma poussé jusqu'à la porte. « Si tu passes cette porte, ne pense même pas à rentrer dormir ce soir. » J'ai gardé la tête haute et j'ai claqué la porte sans me retourner. Surtout sans réfléchir. J'ai pris ma voiture et j'ai quitté la maison avec cet état de colère. Je me disais que le boulot me calmerait et le fait d'être seule calmerait les ardeurs de ma femme. À peine après avoir passé la porte, les employés se jetais sur moi de panique. Puis le tout dernier se jeta pratiquement sur moi. Il se pendit à mon coup. « Flemming, on a un gros problème. » Puis à ce moment même, une turbine lâcha et l'alarme incendie se déclencha. Tous se mirent à paniqué. Tous sauf moi. J'avais su garder mon calme. « Tout le monde se calme! Markus, dirige tout le monde du secteur à l'extérieur, je vais chercher les autres. » L'incendie n'avait pas encore atteint l'entré, je me devais de récupérer les autres. D'un pas de course je traverse secteurs après secteurs pour faire sortir tout le monde et rendu au dernier secteur... « Isaiah! Fritz est coincé! La porte ne s'ouvre plus! Je! J'ai rien pu faire, la turbine à lâché. Il a insisté à rester... » Je le force à partir et m'approche de cette porte qui ne veux pas s'ouvrir. De l'autre côté, je vois Fritz qui s'acharne sur cette dernière. Mon meilleur ami était coincé. Nous avions beau nous acharné sur la porte, rien à faire. Je regarde autour de moi et puis je vois cette hache au mur. Je lui fais signe de reculer, de s'écarter et j'enfoncé la hache de l'armature jusqu'à ce qu'elle arrache. J'ouvre la porte à l'aide des pentures. Je n'avais pas pensé que la seule chose qui empêchait le feu de se propager s'était cette porte. Ce ne fut pas très long que le feu se propagea autour de nous. Nous avions beau courir, il progressait plus vite que nous pouvions courir. Ce ne fut pas très long que l'immeuble était en flamme. Je me retourne vers Frizt et soupire. « Qu'Est-ce qu'on fait Isaiah? On est coincé! » Puis tout en regardant autour de moi, j'aperçois une opportunité de sortie. Je lui fais signe de me suivre et cours, mais à peine quelques pas fait entre ses murs de flammes, Fritz s'effondre au sol écrasé par une poutre. Je m'arrête aussitôt et tente de le sortir de là. Avec toute ma force, je réussis à l'en sortir, mais il était déjà trop tard. Je le trainai sur mes épaules sur quelques mètres avant que le sol s'affaisse sous notre poids. Je lâchai prise sur Fritz qui se retrouva sur le plancher de l'étage en dessous. Je n'eus pas le choix. Je remontai et continuai ma course, mais la fumé rempli mes poumons et je n'arrivais plus à respirer. Je m'effondre au sol et au loin j'entend mon nom, mais impossible de répondre. Mes yeux se ferment d'eux-mêmes et mon corps heurte le sol tout comme le feu progressait dans ma direction. Je sombre.

« IF YOU'RE THE FLAME I'M KEROSENE »
J'ai froid, j'ai un frisson qui me parcours la colonne, puis j'ouvre les yeux en sursaut. Je regarde autour de moi. Quel drôle de nuit. Ce rêve était plus qu'étrange. Je passe ma main dans mes cheveux et me lève du lit. Je cours à la salle de bain, ces maux de coeur allaient finir par me tuer. Je ne savais pas ce qui m'arrivait et je n'allais pas attendre de le savoir. Je m'asperge le visage d'eau sans attendre et pousse l'un de ces lourds soupire. Je croise mon propre regard dans le miroir et mon regard ce tourne vers la pièce qui m'avait accueilli. Réflexe suivant, je pars à la recherche de mon portable, mais introuvable. J'avais pourtant un portable quand j'avais quitté la maison ce matin. Puis cette dispute me revins en tête. Je me devais rejoindre Stella pour régler cette histoire et vite. Je n'avais pas envie de détruire mon mariage pour ma stupidité. D'un instinct que je ne me connaissais pas, je sortis de cette chambre en attrapant ce manteau qui se devait d'être le mien. Je cours le corridor jusqu'à l'extérieur. Le soleil m'aveugle, me freinant dans ma course. Je regarde autour de moi. Quelque chose à changé dans cette ville, mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Ma main en par-soleil, je regarde à gauche à droite. Je n'étais pas lui de l'usine. L'usine... Quelque chose s'est produit à l'usine, mais quoi? Faut dire que tout ça me passait six pieds par dessus la tête. Ma priorité était  Stella. D'un pas rapide, course impossible à freiner, je me rend jusqu'à la maison. Le coeur me débattait, je n'arrivais pratiquement plus à respirer. Le chemin fut long, mais je ne m'étais pas arrêter une seule fois. Je gravis les marches et frappe à la porte, n'ayant pas conscience de mes clefs. Aucune réponse. Je piétine. Je grogne. Je fais quelques tours sur moi même et puis la mémoire me reviens. Je tend ma main derrière la boite à lettres et en sort une clef. Je souris et ouvre enfin la porte. J'entre, laissant la porte bien ouverte. « Stella! » Ja traverse la maison. Tout à changer. Ce n'est plus mon vieux canapé ou encore mon téléviseur. C'était comme si j'entrais dans cette maison pour la toute première fois. Je me rend jusqu'à la cuisine jusqu'à ce qu'une voix venant de l'entré traverse les murs. « QUI EST LÀ! » Cette voix m'était familière, mais semblait trop brisé pour être ma femme. Je revins sur mes pas et au bout du couloir, nos regards se croisent. Elle avait des sacs de carton dans les bras, mais ils ne restèrent pas si longtemps. En quelques secondes, les voilà se vidant au sol. J'affiche un sourire et engage mon approche, mais son regard rempli de larmes me freine. « Je t'en pris Stella, je suis désolé. Je... Je ne voulais pas dire tout ce que j'ai dit. » Mon regard se fronce. Elle a changé, comme si elle avait prit quelques années depuis la matinée. Je la vis s'avancer vers moi après avoir claqué la porte derrière elle. Je fige soudainement. Elle posa activement ses mains sur mon visage puis sur mon torse et mes bras. Elle repoussa ma veste et s'attarda à mon cou puis tira un peu sur mon t-shirt. Je la regarde faire, puis son regard se plongea dans le mien à nouveau. « Quoi? C'est pas comme si j'étais mort. Je suis seulement partie ce matin Stella. Et puis, t'a changé la déco sans même m'en parler? » Je pousse un rire, puis elle posa ses mains sur sa bouche. La porte s'ouvrit à nouveau. « Maman! Tu m'explique pourquoi tu m'as fermé la porte au nez? » C'est à ce moment qu'un jeune homme passa la porte. Il se tourna pour nous faire face et échappa à son tour ces paquets au sol. « Impossible. » Stella se recule et se dirige vers lui et le prend contre elle en le possant vers l'Extérieur. « Jonas, retourne à la voiture je crois que j'ai oublié quelque chose. » Jonas? Il ne peut pas être Jonas, Jonas n'a que 17 ans, impossible que ce soit lui. Pourtant il a ses traits, son regard et puis il a appelé Stella Maman. J'eus un instant de panique. « Stella, qu'Est-ce qui se passe. » Elle se tourna vers moi et détourna le regard. « Je suis désolé Isaiah... Sept ans ce sont écoulé déjà... » Que voulait-elle dire par sept ans c'était écoulé déjà. Je fronce les sourcils et m'avance vers elle puis elle me pointe une photo accroché au mur. Ce n'était pas moi sur cette photo. Il y avait un autre homme à ces côtés. Puis ce rêve me revint en tête. L'usine avait prit feu et j'étais coincé à l'intérieur. Je la regarde et d'un élan de panique je quitte la maison en courant. Je devais retrouver mon frère. Je devais comprendre ce qui m'arrivait. J'avais traversé la ville au pas de course, je n'avais aucune idée où j'allais. Puis... Le terrain de l'usine s'offre à moi. Sur une affiche sur la clôture, un message datant de cette journée que je me croyais. « Fermeture de l'usine par cause d'incendie. En mémoire de Fritz Jonsson et Isaiah Flemming. » La dernière partie avait été fait au crayon. Je m'effondre devant cette grille. Qu'Est-ce qui s'était passé. Étais-je vraiment mort. Où était-ce seulement une mauvaise blague. J'en perdais la tête.

© plumyts 2016


Dernière édition par Isaiah Flemming le Sam 27 Fév - 21:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
LIKE A PETER PAN
avatar
MIROIR, MIROIR : le sexy jeremy renner.
PSEUDO : plumyts, ozyts.
CRÉDITS : tao sur bazzart.
MURMURES ÉCHANGÉS : 142
AURORES BORÉALES : 311
ARRIVÉ A GLOPPEN LE : 10/02/2016

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 20:03

MON FRANGIIIIIN !!
J'aime beaucoup le début, c'est encore mieux que ce que j'imaginais ! Bon courage pour la suite et merci de nous avoir rejoins ❤

Si tu as des questions n'hésites surtout pas, sur leur histoire ou quoi!

_________________

hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵

il y a toujours un moment où le chemin bifurque. chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. ▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.fr-bb.com
DES MOTS ET DOIGTS EN OR
avatar
MIROIR, MIROIR : le magnifique aaron taylor-johnson.
PSEUDO : mangue ( de bol ).
CRÉDITS : thanks to datura and tumblr.
MURMURES ÉCHANGÉS : 105
AURORES BORÉALES : 190
ARRIVÉ A GLOPPEN LE : 10/02/2016

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 20:07

Hiiiii je suis contente de voir le scénario d'auguste
Bienvenue chez toi et bon courage pour ta fifiche
Réserve-moi un lien !

_________________
and he looks at me every day.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 20:23

MERCIIII

J'ai déjà écrit une autre partie
Je m'attaque à une autre
Et après la dernière
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 20:30

Bienvenue ici ! Norman Reedus
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 20:39

Oh mon dieu j'adore les deux parties
Bon courage pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Sam 27 Fév - 21:11

Merci à vous tous !! J'ai bien hate de rp avec ce monsieur je reivens des flammes

Voilà fini
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Dim 28 Fév - 1:16


Bienvenue chez toi

« T'ES DES NÔTRES »

Malgré les quelques fautes, j'ai beaucoup aimé ta fiche et ton histoire, c'est vraiment trop triste J'espère que sa femme va le récupérer En tout cas, Auguste est la pour toi ! (ok, je valide avec Danika, mais je suis Auguste quand même )

Te voilà enfin validé par le staff ! Si ce n'est pas génial ça. N'hésites pas à nous poser la moindre question si tu te sens un peu désorienté. D'ailleurs, voici quelques sujets pour t'aider à t'orienter dans le forum.

Il ne te manque que quelques marches à gravir pour faire entièrement parti de la communauté de L'effet Papillon. Avant de commencer, pense à aller vérifier que ton avatar a bien été recensé par les administrateurs, sait-on jamais ? Nous avons tous le droit à l'erreur. N'oublie pas d'aller lire le règlement si cela n'a pas déjà été fait ! Tu as besoin d'un lien en particuliers mon chou ? Alors, tu peux aller te créer un scénario ou un pré-lien. Désormais, tu peux aller faire ta fiche de liens, mais également faire tes demandes diverses. Bienvenue parmi-nous, et amuse-toi bien sur LEP !

©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   Dim 28 Fév - 1:59

Je suis vraiment heureuse que tu aimes

Bien hâte de rp avec toi héhé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ISAIAH + no time for thanks and giving   

Revenir en haut Aller en bas
 
ISAIAH + no time for thanks and giving
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AOAM TEST :: lep ♥ :: Ils sont des nôtres-
Sauter vers: